Nouvelle plainte pour abus de position dominante

Bonjour à tous et bienvenue sur nos pages pour y découvrir sans plus attendre la présentation de l’actualité Android du jour avec cette nouvelle plainte déposée contre Google pour abus de de position dominante. Le géant américain est en effet accusé par une association, OIP (pour Open Internet Project), de forcer les fabricants à installer ses applications sur les smartphones qu’ils conçoivent. Ainsi, l’utilisateur se retrouverait sans réellement avoir le choix d’utiliser ou non ces applications.

C’est un problème qui ressemble fort à ce que les utilisateurs, et les concepteurs de logiciels reprochaient Microsoft, aux grandes heures de Windows, avec l’installation systématique de Windows Media Player, d’Internet Explorer etc. C’est un peu pareil avec Google. Si vous achetez un téléphone Android, il y a de fortes chances que vous ayez Youtube, Chrome, Maps et tout un tas d’applications appartenant à Google. Le consommateur y trouve souvent son compte car cela lui permet d’utiliser ce que l’on appelle l’écosystème Google, autrement une suite d’applications fonctionnant les unes avec les autres.

Dominer n’est pas jouer:

Problème: l’association OIP, qui regroupent des acteurs mobiles différents, expliquent l’abus de position dominante par le fait que ces applications sont placées à des endroits stratégiques qui poussent l’utilisateur à les utiliser, justement. De même, il semblerait que Google impose aux fabricants l’installation de ces applications, ce que le géant américain nie.

abus de position dominante b

Bref, Google domine le marché et en profite. De plus certaines applications sont vraiment nécessaires: qui pourrait penser utiliser un smartphone Android sans le Play Store par exemple, d’autant que les autres applications concurrentes sont beaucoup moins ergonomiques. Le problème est maintenant de savoir si l’utilisation de ces application répond donc à un besoin ou s’il, parce qu’il est plus ou moins imposé, freine l’innovation dans ces domaines.

Attention, ce type de procédure, la plainte a été déposée devant la commission européenne, est très très longue: on ne verra donc pas de sitôt une condamnation de Google pour « abus de position dominante« . Cependant, Google aurait tord de prendre ces accusations à la légère car la « résistance » s’organise: L’Europe n’est plus la seule à bousculer Google, l’Amérique s’y met aussi, la Corée du Sud etc.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *